04 82 29 23 21

Objet de votre demande

Informations personnelles

Menu 04 82 29 23 21
Du lundi au vendredi
De 9h à 19h30
3bis Rue de l’École de Droit,
34000 Montpellier
04 82 29 23 21
Vous appréciez, partagez !
Jean Falin Phone04 82 29 23 21
Adresse3bis Rue de l’École de Droit
34000 Montpellier

Honoraires du cabinet d’avocat au Barreau de Montpellier

Les honoraires de Maître Jean Falin, avocat à Montpellier, sont fixés librement, en accord avec le client. Suivant la déontologie et l’éthique du métier, l’avocat détermine sa rémunération en fonction de l’affaire à traiter, sans utiliser de barème. Lorsque le cabinet d’avocat au Barreau de Montpellier de Maître Falin se charge d’un dossier, les grandes orientations stratégiques sont définies à l’avance avec le client. La convention d’honoraires, élaborée et signée par l’avocat et le client, précise le mode de calcul des honoraires ainsi que les modalités de paiement.

La rémunération de l’avocat

Les honoraires de l’avocat sont élaborés de manière transparente : le client est informé régulièrement sur les dépenses et coûts engagés pour le traitement de son dossier. L’avocat fournit au client les informations nécessaires pour sa compréhension des démarches et des coûts du dossier. Pour fixer les honoraires, l’avocat considère la nature de l’affaire, notamment sa complexité et le temps nécessaire à son traitement. En cas d’appel possible pour un contentieux, l’avocat avise son client. La notoriété de l’avocat, l’expérience et la spécialisation du cabinet d’avocat sont également prises en compte pour établir la rémunération de l’avocat. La situation de fortune du client fait partie des critères de l’avocat pour fixer ses honoraires. En cas de besoin, l’avocat indique au client la procédure d’accès à l’aide juridictionnelle de l’État.

Les conventions d’honoraires

Le cabinet d’avocat au Barreau de Montpellier de Maître Falin ne facture pas le premier rendez-vous et accepte le paiement en plusieurs fois.
Pour calculer les honoraires de l’avocat, trois méthodes sont généralement utilisées :

Au temps passé

Les honoraires sont calculés à partir d’un taux horaire convenu entre avocat et client. Les heures consacrées au dossier sont multipliées par ce taux pour obtenir le montant total des honoraires.

Au résultat

Un montant forfaitaire est convenu au préalable et le client verse un honoraire complémentaire déterminé en fonction du résultat du dossier traité.
 

L’aide juridictionnelle

L’aide juridictionnelle est un soutien financier de l’État aux justiciables qui ne disposent pas de revenus suffisants pour accéder aux services du Tribunal. Suivant un barème établi chaque année, l’État prend en charge tout ou une partie des frais de justice du bénéficiaire de l’aide juridictionnelle. Ce barème présente une fourchette d’aide allouée en tenant compte des revenus et du nombre de personnes à charge du demandeur. L’aide juridictionnelle comprend la rémunération de l’avocat. Noter qu’une personne qui dispose d’une assurance de protection juridique ne peut pas accéder à l’aide juridictionnelle. Maître Jean Falin, avocat à Montpellier, accepte l’aide juridictionnelle. Toutefois, si une personne qui bénéficiait de l’aide juridictionnelle perçoit, dans le cadre de son litige, une somme d’argent d’un montant tel que si elle en avait disposé au jour de la demande d’aide juridictionnelle, elle n’aurait pas bénéficié de l’aide juridictionnelle, l’aide juridictionnelle lui sera retirée. Dans ce cas, l’avocat aura le droit de facturer librement ses honoraires. C’est pourquoi, même si un client bénéficie de l’aide juridictionnelle, Maître Jean Falin établira une convention d’honoraires avec ledit client qui ne sera applicable qu’en cas de retrait de l’aide juridictionnelle.

La contestation des honoraires

Le client peut contester les honoraires de l’avocat en se présentant devant le médiateur de la consommation ou devant le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats.
Dans un premier temps, le client adresse à l’avocat un courrier pour exprimer ses doléances et recevoir en retour une explication adéquate. Cette démarche est doublement utile, car elle permet de régler le problème à l’amiable, et met fin à la procédure de contestation. Si ce n’est pas le cas, l’envoi de la lettre sert de point de départ pour compter le délai d’un an dont dispose le client pour saisir le médiateur de la consommation. Le plaignant lui envoie, par lettre recommandée avec accusé de réception, ses motifs de contestation, et en pièces jointes les photocopies de justificatifs (factures, convention d’honoraires…). Lorsque la solution proposée convient aux deux parties, le litige est résolu. Sinon, le plaignant peut se tourner vers le Bâtonnier de l’Ordre des avocats dont relève son avocat.
Pour saisir le Bâtonnier, le client lui envoie un courrier recommandé avec avis de réception contenant les pièces justificatives des doléances exprimées. À compter de la réception de la lettre, le Bâtonnier dispose d’un délai de quatre mois, renouvelable une fois, pour fournir une réponse. Il effectue les rencontres de conciliation et de solution concertée. D’une part, si la réponse est positive, le litige s’achève. D’autre part, si le plaignant n’est pas d’accord avec l’arrangement proposé, il peut exercer un recours devant le Premier Président de la Cour d’appel dans un délai d’un mois.
Jean Falin | Votre avocat au Barreau de Montpellier
Contacter le cabinet
Haute de page Itinéraire Contact
04 82 29 23 21